infos pratiques
Accueil du site > Actualités
Actus
Prévention et traitement des déchets

"Un trop grand nombre de déchets indésirables envahissent quotidiennement le tapis du centre de tri, allant parfois jusqu’à mettre en danger la santé des agents".

En 2012, Trigone participait à une expérimentation menée sur l’ensemble de son territoire pour l’extension des consignes de tri. Chaque citoyen avait reçu un courrier expliquant les nouvelles consignes de tri.

Au cours des 3 années durant laquelle elle a été menée, l’expérimentation a donné des résultats positifs, ce qui a conduit à la pérennisation de l’évolution des consignes de tri.

De ce fait, le nombre de déchets arrivant au centre de tri a augmenté de façon significative, augmentant également le nombre d’erreurs de tri, appelées les refus de tri.

Le taux de refus était de 14% en 2012, après le début de l’extension des consignes de tri. Il est passé à 15,6% en 2013, 18,3% en 2014.

Cette hausse s’est poursuivie en 2015 avec 18,5% de refus de tri, soit 10,5kg par habitant sur les 11400 tonnes de déchets collectés dans les bacs jaunes.

Le tri a un coût (installations, personnel du centre de tri...) et ces refus de tri qui ne devraient pas arriver sur la chaîne engendrent un surcoût de traitement (plus de 320 000€ en 2015), mais également un surcoût au niveau du transport qu’il faut payer deux fois : une fois pour le transport vers le tri sélectif et une fois vers le centre d’enfouissement de Pavie.

Hormis l’aspect financier, un trop grand nombre de déchets indésirables envahissent quotidiennement le tapis du centre de tri, allant parfois jusqu’à mettre en danger la santé des agents.

C’est au centre de tri que sont acheminés tous les jours les déchets issus de la collecte sélective (poubelle jaune), qui ne doit normalement contenir que les emballages ménagers des usagers (plastiques, papiers, cartons, journaux, magazines) dans le but de les valoriser dans des unités de traitement spécifiques.

Dans certains cas, les erreurs sont sans gravité et partent d’un bon sentiment (jouets en plastique, radiographies...), mais la plupart du temps, il s’agit tout simplement d’incivilités (couches sales, déchets alimentaires en décomposition...).

Les erreurs de tri sont diverses et peuvent aller de l’appareil électroménager (recyclable en déchetterie) jusqu’aux cadavres d’animaux en passant par des seringues usagées ou des tessons de bouteilles.

Trigone a souhaité faire une campagne de communication « choc » en mettant en avant ses agents de tri qui sont confrontés chaque jour à ces erreurs récurrentes.

Le but est d’interpeller le citoyen sur son quotidien pour lui faire comprendre qu’un geste qui lui parait banal comme jeter un sac d’ordures ménagères dans une poubelle jaune peut avoir des conséquences sur d’autres personnes.

La campagne est déclinée en 7 erreurs présentant les agents dans le cadre de travail sur la chaine de tri :

  • Erreur n°1 : les ordures ménagères
  • Erreur n°2 : le verre
    le verre
  • Erreur n°3 : les seringues, aiguilles et lancettes
    les seringues, aiguilles et lancettes
  • Erreur n°4 : les objets électriques
    les objets électriques
  • Erreur n°5 : les protections hygiéniques
    les protections hygiéniques
  • Erreur n°6 : les vêtements
    les vetements
  • Erreur n°7 : les animaux
    les animaux

De quelles erreurs parle-t-on ?

Les erreurs dangereuses :

  • Les seringues usagées

Ces déchets d’activités de soins à risques infectieux (Dasri) ne doivent en aucun cas être déposés dans des bacs ou sacs de tri.

Les seringues au milieu du tapis sont difficiles à détecter et dangereuses pour les agents. Malgré les protections, plusieurs cas de piqûres ont déjà été recensés, entrainant six mois de suivi médical où le médecin traitant doit pratiquer une prise de sang régulière.

Un circuit de traitement spécifique est prévu à cet usage. Les contenants spécifiques, de couleur jaune avec un couvercle vert, sont à récupérer GRATUITEMENT en pharmacie. Lorsque le boitier est rempli, il doit être déposé en déchetterie avant d’être incinéré.

  • Le verre

Le verre ne doit JAMAIS être mis dans la poubelle jaune. Non seulement le verre brisé est dangereux et peut blesser les agents au centre de tri, mais mélangé aux autres déchets, il empêche leur recyclage. Il faut impérativement le déposer dans les colonnes à verre prévues à cet effet. Il ne doit pas non plus être déposé dans les poubelles noires au risque de provoquer des incendies sur les centres d’enfouissement.

Quelques chiffres et dates :

On recycle le verre en France depuis 1974.
Depuis 2011, 7 bouteilles sur 10 sont triées (soit 74%) et 100% sont recyclées.

Cependant, on dénombre encore environ 20% de verre dans les mauvaises filières (ordures ménagères ou collecte sélective).

  • Les sacs de plâtre / ciment / chaux

Certains déchets retrouvés sur le tapis de tri sont toxiques et donc dangereux pour les agents qui y sont exposés. Les emballages contenant ou ayant contenu de la chaux, du ciment et/ou du plâtre doivent être emmenés en déchetterie.

Les erreurs de « négligence » :

  • Les ordures ménagères

Les ordures ménagères sont les déchets issus de l’activité domestique quotidienne. Elles représentent les déchets qui ne se recyclent pas et qui sont jetés dans les poubelles intérieures (cuisine, salle de bain).
Ces déchets sont ceux de la « poubelle noire » pour bien faire la différence avec les emballages destinés au tri qui sont ceux de la « poubelle jaune ».
Tous les jours, les agents trouvent un nombre considérables de « sacs noirs » qui contiennent ces déchets ménagers, et qui n’ont rien à faire dans le tri sélectif.

Ils doivent ouvrir les sacs pour vérifier leur contenu, et les mauvaises surprises sont quasi systématiques, on y retrouve les restes alimentaires en décomposition remplis d’asticots, les poubelles de salle de bain, etc.

Ces ordures sont destinées à l’enfouissement, elles ne doivent pas transiter par le centre de tri car elles sont des « déchets ultimes », et doivent donc être jetées dans les poubelles classiques, non réservées au tri sélectif.

  • Les protections usagées

De nombreux sacs contenant des protections usagées sont également retrouvés chaque jour sur le tapis du centre de tri.

Les couches culottes (souillées ou non) ne se recyclent pas, il en va de même pour les protections hygiéniques. Elles doivent être jetées dans la poubelle « noire ».

  • Les animaux morts

Des cadavres d’animaux de toute sorte défilent sur la chaîne de tri. Une erreur qui relève de l’incivilité car un animal ne se recycle pas !

Ce sont ainsi des cadavres de chien, chat, poulet mais aussi d’animaux sauvages comme des sangliers, chevreuils, etc. qui sont régulièrement écartés manuellement par les agents.

Les erreurs de confusion :

  • Les vêtements

Propres et secs (même usés), tous les textiles se recyclent : les vêtements, le linge de maison et même les chaussures. Mais il existe des filières spécialisées pour le textile. Ainsi, lorsque des vêtements sont jetés dans la poubelle jaune et qu’ils arrivent au centre de tri, ils sont systématiquement jetés dans la benne des « refus de tri » et partent à l’enfouissement, alors qu’ils pourraient être recyclés.

La production textile n’a cessé d’augmenter en générant en parallèle, un gisement de déchets textiles : 12 kg/an/hab sont jetés chaque année. Pour pallier à ce problème sur le département du Gers, plusieurs associations collectent les vêtements.

Ainsi, il est possible de déposer les vêtements propres et secs (ne pas mettre les vêtements souillés (utilisés pour bricoler ou autre) ou mouillés) dans les conteneurs du Relais, chez Emmaüs, au Secours Populaire, etc.

  • Les appareils électroménagers

Les appareils électroménagers sont recyclables, mais ont des points de collecte spécifiques.

Beaucoup de petit électroménager arrive chaque jour sur le tapis du centre de tri au lieu d’être amené en magasin ou en déchetterie.

3 solutions existent pour se séparer de son petit électroménager (sèche-cheveux, grille-pain, rasoirs électriques, fers à repasser, robots ménagers, aspirateur, etc.) :

→ Si l’on souhaite simplement s’en débarrasser (en dehors d’un nouvel achat d’un appareil de même nature), il doit être ramené au magasin d’achat ou porté en déchetterie ;
→ Dans le cas d’un nouvel achat, c’est le vendeur qui a l’obligation depuis 2006, de reprendre l’ancien appareil ;
→ Si l’appareil est encore en bon état ou facilement réparable, il pourra être donné aux associations telles qu’Emmaüs, AG2I, Valoris, etc. Le réemploi est souvent la solution, l’appareil sera réparé, valorisé et revendu à un prix très accessible.

  • Les objets métalliques

Toutes sortes d’objets métalliques sont déposées par erreur dans la poubelle jaune. En effet, il y également pour ces derniers des filières de recyclage particulières.

Ainsi, la vieille poêle ou la batterie de casseroles inutilisées doivent être apportées en déchetterie pour être envoyées dans la filière de recyclage des métaux.

  • Les objets en plastique

Des jouets d’enfants, des passoires en plastique, des bassines, des corbeilles à linge, etc. Tous ces objets se retrouvent quotidiennement au centre de tri. Malheureusement, il n’existe pas encore de filière de recyclage pour ces objets.

2 solutions pour ces objets :

→ Si l’objet est encore en bon état, il pourra être donné aux associations telles qu’Emmaüs, le Secours Populaire, etc.
→ Si l’objet est abîmé, il doit être jeté dans la poubelle noire.

Si vous avez des doutes ou des questions sur vos déchets, n’hésitez pas à nous contacter au 05 62 61 25 15.
Enfin, n’oubliez pas que derrière vos poubelles jaunes il y a des femmes et des hommes qui trient vos emballages pour leur recyclage. Merci pour eux.

Retour aux actualités

Trigone - Syndicat Mixte du Gers - Z.I Lamothe - CS 40509 32021 - AUCH cedex 9 - 05 62 61 25 15 - contact@trigone-gers.fr